Projet Détours / Atajos (2016-2017)

 

Laboratoires croisés d’architecture et de production audiovisuelle dans les quartiers périphériques de Bogotà et de Paris.

 

Ce projet s’inscrit dans l’année FRANCE-COLOMBIE qui a lieu en 2017. Le projet a d’ailleurs été labellisé par l’Institut Français, et fait donc partie de la programmation officielle.

 

Présentation :

Pendant cette année, Mathilde JAUVIN (architecte) et José Luis BONGORE (artiste visuel) ont travaillé avec la classe de 4ème3 du collège Louise Michel de Clichy-sous-Bois, pour créer un dialogue audiovisuel avec des jeunes des quartiers périphériques de Bogotà, en Colombie. En effet, ces deux territoires sont en plein mutation et s’emparer du débat public sur la ville, sortir du système et des modèles éducatifs traditionnels pour s’ouvrir à une approche expérimentale, intuitive nous a semblé des perspectives indispensables dans la construction de ces jeunes citoyens.

Ce projet co-construit avec Antoine DARMON, professeur principal de la classe et professeur de français, et Vincent GIRARDON, professeur d’histoire, de géographie, et d’éducation morale et civique avait pour objectif principal de développer des propositions urbaines alternatives, à l’initiative des élèves.

A travers ces échanges audiovisuels entre des jeunes de quartiers périphériques de Bogotà et de Paris, ces jeunes citoyens ont appris à penser différemment la ville nouvelle. Pour les élèves de Clichy-sous-Bois, ville qui s’inscrit dans l’horizon du Grand Paris, il s’est agi de désapprendre les lectures conventionnelles de la ville. A travers des expériences de dérives sur le territoire, nous avons utilisé l’écriture créative audiovisuelle, en éludant les systèmes de communication linguistique au profit d’un vocabulaire plus intuitif, sensible (vidéo, photo, cartographie, dessin…). Cette approche a permis de faciliter la relation entre deux groupes, et la communication autour de la perception de leur propre territoire, en évitant la barrière de la langue.

 

Objectifs :

Les objectifs de ce projet sont nombreux ; en voici cependant quelques axes majeurs  :

– La participation citoyenne aux enjeux du développement urbain.

→ Nous avons tenu à donner accès au droit à la ville en donnant des outils pour la comprendre et la raconter.

– L’émancipation individuelle et collective.

→ Grâce à une méthode basée sur le vécu, le savoir populaire, le dialogue et le désir de ville de chacun, les jeunes ont pu s’emparer du sujet urbain et se positionner en tant qu’acteurs.

– L’inscription dans un débat urbain plus large.

→ Il s’agit évidemment du futur Grand Paris, pour alimenter le débat institutionnel depuis le très local et l’affectif.

– Développer la conscience environnementale.

→ Ce thème est au cœur des enjeux de la ville de demain, et nous avons pu continuer de le développer pour ces jeunes qui vont y vivre.

– Lutter contre la discrimination spatiale.

→ Nous avons tenu aussi à mettre en valeur la ville de Clichy-sous-Bois, et ses différentes richesses géographiques, sociales et culturelles.

– Donner la parole à chacun.

→ La ville de Clichy-sous-Bois compte une population très jeune et très investie dans la vie publique, et, à l’image de ce qui fait donc déjà au niveau municipal, nous avons tenu à écouter et à mettre en valeur les propositions des élèves.

– Créer un dialogue…

→ La relation avec ces jeunes de Bogotà a permis aux élèves de découvrir de nouveaux horizons, et de confronter leurs propres références culturelles et sociales à d’autres, qui leurs étaient étrangères. Apprendre à dialoguer, à écouter, à exprimer son point de vue de façon claire pour se faire comprendre ont été indispensables dans ce projet.

 

Déroulement :

Le projet s’est développé en trois parties, sur l’année scolaire 2016-2017, et a d’ailleurs encore vocation de se prolonger avec les différents partenaires que nous avons rencontrés jusque là.

Voici un déroulé succinct de cette année :

– La première partie s’est déroulée à Clichy-sous-Bois avec la rencontre de la classe et des différents partenaires, la présentation du projet et la mise en place de la méthodologie de création audiovisuelle sous la forme de 10 ateliers de 2 heures.

– La deuxième partie s’est déroulée dans les quartiers périphériques de Bogotà entre janvier et février 2017, animés par le collectif Aquitectura Expandida. Les zones choisies sont celles déjà explorées par le collectif dans différentes travaux précédents : la Casa de la Lluvia (un espace culturel où cohabitent des assemblées de quartier, des activités culturelles et informatives, une école de break dance) / El Trébol de todos y todas (un espace culturel géré par divers collectifs de jeunes intéressés par les arts et les sports urbains) / Instituto Cerros del Sur (un espace construit par les premiers arrivés du quartier, pour l’éducation populaire et la réflexion politique autour des droits humains et urbains).

– La troisième partie s’est déroulée au collège Louise Michel, de Clichy-sous-Bois, où 10 nouveaux ateliers de 2 heures ont permis de poursuivre les échanges audiovisuels avec la Colombie, où de nouvelles productions audiovisuelles ont été réalisées par les élèves, et où nous avons préparé l’exposition de juin/ juillet 2017.

Nous avons, tout au long de l’année, fait plusieurs sorties : à la Cité des Sciences et de l’Industrie (exposition Mutations Urbaines : la ville est à nous!), mais nous avons surtout exploré la ville de Clichy-sous-Bois à travers bon nombre de ballades urbaines.

Nos partenaires nous ont permis de bénéficier de dispositifs spécifiques qui ont nourri les réflexions des élèves : la Villa Médicis nous a permis de participer à des promenades interactives, d’assister à des projections dans le Cinémobile / le CAUE93 a organisé des ballades urbaines dans le Bas-Clichy, en collaboration avec la Maison du Projet, pour évoquer les différents changements des lieux où vivent les élèves….

 

Diffusion :

L’association Les Mystères du Grand Paris, qui encadre notre projet, est soutenue et financée par la ville de Paris. Sur le modèle du roman d’Eugène SUE du XIXème siècle, cette association cherche à mettre en récit les réalités contemporaines de ce Grand Paris en devenir, avant l’avènement du Grand Paris Express. Toutes les contributions créatives (comme l’ensemble de ce projet, donc) seront consultables sur le site internet (http://lesmysteresdugrandparis.com).

 

Liens :

– https://www.facebook.com/detoursatajos/

– http://www.revistainusual.com/#!/ver/actualidad/detours-atajos-o-el-encuentro-audiovisual-de-dos-barrios-populares-en-paris-y-bogota

– https://vimeo.com/227402518

– https://www.rfienespanol/videos/10159119064175066/?hc_ref=ARQGPokqMfgZ-IeSnXF4dNnbLpu1AfUZs4Ln55earor-QILuTmGzMTcy6iUUZrt8h14